QUEL AVENIR POUR LA BASE AERIENNE DE CHATEAUDUN ?

La Base aérienne de Châteaudun est un élément important de la vie économique de notre ville.


L’effectif de la base aérienne de Châteaudun est descendu de 1164 en 2010, en dessous de 700 actuellement(dont une grosse centaine de civils) et ce, malgré les déclarations optimistes de Philippe Vigier et d’Hervé Morin qui avait promis une stabilisation à 800 personnels. Comme quoi, il ya différence entre effets d’annonce et efficacité.

Le transfert, un moment envisagé, du centre de soutien informatique de Brétigny ne se fera pas vers la base aérienne de Châteaudun mais, vers Bourges, Mont de Marsan et Metz.

Les espoirs de Philippe Vigier concernant l’école de l’air de Tours sont, hélas, sans suite. A ce sujet, il est intéressant de savoir qu’une partie de la formation des pilotes se fait déjà…dans le privé.

Contacté par nos soins, Patrick CAO, responsable du syndicat CGT de la base, exprime une crainte : le risque de perte d’une centaine d’emplois essentiellement dans les services informatique.

450 avions en fin de vie sont stockés à la base aérienne de Châteaudun dans le but d’une déconstruction et d’un recyclage.
Des matériaux sensibles (thorium, amiante) nécessitent d’être traités par des personnels spécialisés. Compte tenu de la spécificité de ce travail, il ne doit pas être exécuté par des entreprises privées, mais par les personnels de l’Etat.

Une autre partie des travaux de déconstruction est confiée à des entreprises de Tarbes et Châteauroux qui transportent ensuite les matériaux recyclables par voie routière. Ecologiquement, économiquement, il serait préférable d’envisager un traitement et un recyclage des matériaux sur le site de la base aérienne de Châteaudun, il y a la place et l’on pourrait espérer une centaine d’emplois locaux.

Pour cette base aérienne de Châteaudun, on aimerait moins d’annonces et de photos dans le journal et plus de propositions efficaces et réalistes.