Action, "Cœur de ville", à Châteaudun, qui dit vrai ?

En Eure et Loir, Chartres, Dreux et Nogent-le-Rotrou sont retenues pour l’opération gouvernementale "action cœur de ville". Une seule sous-préfecture n’en n’est pas bénéficiaire... Châteaudun.

Polémique au conseil municipal de Châteaudun

Lors du dernier conseil municipal ce sujet a provoqué une polémique entre Fabien Verdier et Alain Venot. Le conseiller municipal d’opposition ayant reproché au Maire de ne pas avoir présenté la candidature de notre ville à l’opération gouvernementale action"cœur de ville", celui-ci lui a rétorqué qu’il n’appartenait pas aux Maires d’effectuer cette démarche.

Souhaitant en avoir le cœur net, nous avons effectué quelques recherches sur Internet afin de tenter d’informer au mieux les Dunois.

- * Dossier presse émanant du ministère
http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/dp_action-coeur-de-ville_20171215.pdf
Page 6 sous le titre "les territoires concernés"
Au 2ème § on peut lire :
« Le plan s’adresse aux maires, qui exprimeront leur intérêt à intégrer le plan, en accord avec l’intercommunalité. »

- * Publication de l’association des petites villes de France

http://www.apvf.asso.fr/files/notes-techniques/Plan-de-revitalisation-des-coeurs-de-villes-CNT-14-12-17.pdf

Dans un document intitulé : « Le plan d’actions cœurs de villes Note globale d’explication à l’attention des élus des petites villes »

Page 2 paragraphe C. On peut lire « Les démarches à effectuer"

"Pour intégrer ce plan, les maires devront d’eux même, en accord avec les Présidents d’intercommunalité, exprimer leur intérêt auprès des Préfets de départements. Si la commune est sélectionnée par le préfet, le soutien de l’État se formalisera par un contrat cadre qui engagera la commune, son intercommunalité et les partenaires du plan »

Tels sont les résultats de la contribution du GAM3C à la recherche de la vérité sur un sujet important pour notre commune. Que chaque organisation politique locale se mette calmement, sans idée préconçue, à cette quête de la vérité à laquelle les Dunois ont droit, les invectives d’où qu’elles viennent ne pouvant en aucun cas servir d’argument.